Photo d'une mite alimentaire

L’improvisation théâtrale, et si on déconstruisait le mythe ?

960 720 Décalez!

Lorsqu’il y a 4 ans,  nous avons annoncé que nous créions  un organisme de formation basé sur l’improvisation théâtrale, le premier obstacle que nous avons dû franchir a été l’image de saltimbanque associée à l’impro. Non messieurs dames, nous ne faisons pas de stand-up dans les rues d’Aurillac en finissant par cracher du feu sur une foule en délire. L’improvisation théâtrale est une discipline artistique, au même titre que les autres arts vivants, qui recouvre tout un tas de réalités artistiques et de formats différents. Nous on lui voue un culte depuis des dizaines d’années.

Décalez ! est un organisme de formation créé il y a presque 4 ans par Baptiste et moi-même. En mal d’artistique dans notre vie professionnelle, en manque de sens dans notre vie d’artiste, on a décidé en choeur de faire fusionner ces 2 dimensions pour en faire une tambouille à notre image. L’objectif de Décalez !? Améliorer les savoir-être mobilisés dans les collectifs professionnels, que ce soit une entreprise, une collectivité, une association. Pour atteindre ce but, notre outil, notre arme fatale, notre sabre laser, c’est l’improvisation théâtrale.

Mais qu’est-ce que l’improvisation théâtrale ? Et quel est son lien avec la formation ?

Léger décalage

Notre activité nous amène régulièrement à expliquer ce qu’est l’improvisation théâtrale. Il est vrai que pour la plupart des gens, « improvisation » et « travail » résonnent comme des termes complètement antinomiques. Et on le comprend ! Dans un univers où anticipation, planning, et préparation constituent la norme, l’impro semble aussi bienvenu qu’un punk à chien à une soirée de l’ambassadeur. Alors si on y accole l’adjectif « théâtrale », la confusion émerge : c’est donc artistique, ce n’est pas vraiment du théâtre comme on l’entend-mais-un-peu-quand-même, et surtout, qu’est ce que ça à avoir avec vous ? Bref, l’improvisation théâtrale amène le trouble, et on aime ça.

Mais avant de constituer notre outil pédagogique super-puissant, c’est une discipline artistique plutôt méconnue. Alors oui, l’impro tend à se vulgariser dans le monde francophone depuis une décennie, mais elle recouvre tout un tas de réalités peu réductibles à ce qu’on entend aujourd’hui. La philosophie de Décalez ! essaye d’amener une autre image de l’impro, afin que nos stagiaires arrêtent de penser qu’elle n’est accessible qu’à une élite de la joute oratoire, mais que les mécanismes qui la composent sont à la portée de tout le monde.

Alors, prêts à en découdre avec l’image d’épinal de l’improvisation théâtrale ?

L’improvisation théâtrale, quezaco ?

Wikipedia la définit comme « (…) le lieu du théâtre contemporain où, durant la représentation, l’acteur est à la fois dramaturge, metteur en scène, scénographe et acteur. L’improvisateur joue devant un public sans texte prédéfini et sans mise en scène préalable, selon un temps donné et selon ce que lui inspire le thème de l’arbitre (…) »

Nous sommes plutôt en accord avec la dimension factuelle de cette définition : l’improvisation théâtrale appelle à cette multiplicité de rôles en un, devant se déployer en direct live devant un public, sans écriture préalable. Le tout, pour construire en collectif une histoire qui tient la route.

Le monde francophone lui a fait acquérir une certaine notoriété via son format le plus connu aujourd’hui : le match d’impro. Celui-ci est né en 1977, d’un constat fait par une troupe de comédiens québécois : les salles de théâtre sont vides, tandis que les patinoires de hockey sont pleines. Tiens, et si on faisait un mélange des deux (phrase à relire avec un accent québécois) ? Et c’est ainsi qu’est né le match d’improvisation, dont le decorum très sportif est basé sur le hockey sur glace. Ne vous y méprenez pas : la compétition n’est qu’une façade pour alimenter le spectacle. Puisque pour faire histoire, les comédiens doivent faire converger leurs idées pour atteindre un objectif commun.

Pas simple tout ça!(comme dirait mon papa). Et oui, cela demande de s’appuyer sur certaines ressources personnelles.

L’impro selon Décalez!

Une pratique artistique accessible à tous

 Lorsqu’on parle d’improvisation théâtrale, nos stagiaires ont à la fois les yeux qui pétillent mais aussi le regard de l’élève de 5ème B qui va se faire interroger en cours de maths (alors qu’il n’a pas compris le théorème de Pythagore) ! Et ce type de phrase fuse : «il  faut avoir de la répartie », « il faut être drôle », « moi j’ai aucune imagination »… Non, non et non ! Ce ne sont pas ces ressources qui sont mobilisées en impro. Ces qualités sont peut-être requises pour un one-(wo)man show mais pas pour ce qui nous intéresse. L’humour ou l’imaginaire sont des conséquences de ce qui se joue à plusieurs, mais pas une émanation de votre personnalité.

Une pratique qui s’appuie sur le collectif

 Le coeur de l’improvisation théâtrale, c’est « faire avec l’autre et avec l’environnement ». Et cela demande de l’écoute, de l’acceptation, de la disponibilité, du lâcher-prise, de la générosité, une non-anticipation totale et même, une forme d’humilité. Ce sont ces mécanismes que nous activons au cours de nos formations  d’impro appliquée au travail : au service d’un projet, d’une équipe, ils deviennent des compétences de savoir-être.

Et c’est sûrement ça la clé de l’impro théâtrale : mobiliser son « comment je suis avec l’autre » avant son « comment je suis-tout-court ». Ces 2 savoirs-être étant bien sûr liés.

Un improvisateur est aussi un comédien et doit donc travailler ses qualités théâtrales (voix, corps, justesse, intention). Mais les mécanismes mobilisés en improvisation sont aussi un endroit de travail, et c’est là que réside l’essence de Décalez !: décomposer et faciliter l’accès à ce travail-ci.

Une pratique à infusion longue

Vous l’aurez compris : nous cherchons à déconstruire le mythe de l’improvisateur drôle, charismatique, original, dégainant les punchlines à gogo. C’est avant tout une personne qui mobilise ses capacités de « co » : coopération, collaboration,co-construction, conception participative.

Et  bonne nouvelle : tout cela, ça s’apprend. Alors, c’est plus clair pour vous ? Il ne vous reste plus qu’à venir essayer avec nous !

Laisser une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas poubliée